Textes divers

 

  Texte n°1

 

 

Entrain d'avancer ou bloqué pose toi la question si t'as plus rien à raconter,

ya plein d'choses à développer, ya plein d'thèmes à aborder,

si t'es intéressant et intéressé tu verras qu'la vie c'est pas que d'l'argent à dépenser,

officiellement j'ai pas d'métier officieusement j'fais d'la philosophie d'quartier,

pourtant j'ai grandis dans un milieu aisé enfin d'compte on est juste s'qu'on est,

On est le reflet de s'qui nous a forgé, l'éducation ya pas que les parents pour la donner, surtout quand le couple est défaillant et que ça déteint sur les enfants,

Heureusement j'ai toujours su qu'il y avait plus important c'est pourquoi j'me fous d'mon passé, aujourd'hui j'me plais dans ma personnalité et dans c'que j'fais,

Vivant le sac à dos chargé, basket aux pieds à devoir trouver une auberge dans sydney

A chercher un spot en camion aménagé pour trouver une sorte de jardin rêvé

Un mode de vie non normalisé, certains diront que j'me suis marginalisé

Ils n'ont pas essayé et se permettent de juger, ils ont leur vision et ne veulent en changer,

ils ont posé l'cadre et on peur d'en sortir, quand on aime découvrir on prend vite le plaisir de partir, pas pour fuir, juste parce que c'est un putain d'délire, un mois d'Thaïlande un mois d'sourires,

j'ai dans ma tête et dans mon corps des sensations, des sortes d'accords, des partitions qui m'font prendre l'avion, j'ai des effets secondaires ça ce passe comme ça quand j'change d'air,

tout au fond de moi j'ai cette lumière,

c'est là et j'crois qu'ça n'changera pas, je sais qu'mon rêve n'est pas de devenir millionnaire,

ni même le pus gros actionnaire, ma vie n'est pas financière, je cherche l'attraction,

la chasse au trésors pour moi c'est d'trouver mes passions alors les clichés, les façons d'penser,

avec moi vous éviterez, je suis d'la vieille école j'ai pas été couvé sans être du genre à collectionner les heures de colle, j'suis pas méchant mais j'peux faire mal en parlant,c'est pas physiquement mais psychiquement que je suis l'plus violent, fais toi du souci si j'peux pas t'blairer et qu'tes l'sujet d'un roman, mon pistolet n'est pas chargé, il est mémorisé si on c'est déjà cotoyé, croisé ou si j'en sais assez, un côté noir un côté blanc parce que faut s'protéger contre ceux qui sont rabaissant, obligeant, bien pensant, trop fière trop arrogant, ne vient pas me parler de réussite sociale si la télé c'est ton passe-temps, on évolue continuellement celui qui s'est arrêté le fait souvent pour un montant ou par peur du changement, trop loin de ce qui fait véritablement vibrer ce pourquoi l'on est né on finit sous traitement à contaminer ses enfants et son entourage, t'es tu déjà demandé si tu manquais d'courage, quand on s'pose pas d'questions on attrape le syndrome des moutons, peu importe que tu m'crois ou non tu peux quand même essayer l'introspection mais fait gaff la vérité peut faire péter un boulon, j'te parle de mécanique comme j'pourrais utiliser les effets météorologiques, tout est lié quand la perception est basé sur le mode de la proportion, j'fais des thèses sans chercher à être diplomé car j'vois pas la valeur dans un bout de papier, personne ne m'est supérieur à part celui qui a réellement trouvé l'bonheur, ne crois pas que j'te parle de malheur j'aime trop l'idée qu'en chacun de nous, il y ait une étoile qui puisse transpercer tous les voiles, que chacun mette les voiles pour s'envoler pour de nouvelles contrées, comme attiré par une idée qui n'a jamais pu s'effacer et qui fait avancer le bonheur de l'humanité, j'en suis persuadé et les scientifiques ne pourront m'en dissuader l'environnement est la clef du changement, c'est en le trouvant que nos facultés innées se dévoileront sans même que nous ayons à forcer, on s'en tête à vouloir trouver une solution pour avancer sans vouloir changer de situation, la vie c'est comme les dés mais encore faut il les lancer, avant j'avais besoin de fumer pour gratter mais à force ça c'est ancré comme le lsd

Texte n°2

 

c'est l'histoire d'une feuille blanche

de mes pensées absorbées dans le papier

des regards et des paroles qui m'ont forgés

c'est le résultat d'une sensibilité non contrôlée

j'suis pas aigri envers ce système mais je suis loin de l'aimer

c'est sûrement à cause de ça que j'me suis mis à bouger,

j'ai rencontré une palette de personnalités

qui ont comme colorées ce qui fait mon identité

ces dernières années plus que les autres je les ai passé

à écouter à regarder

sans savoir vraiment où j'allais

mais en sentant une logique dans tout ce que j'vivais

même si il n'y avait rien d'cadré rien de définit

j'sentais que plus beau aller être le sens de ma vie

j'pourrais citer quelque passage de mon récit

le Costa Rica, Sydney, Béziers, Fès, la Thaïlande, Malaga

en sac à dos à Chiang Maï en camion aménagé à Moliets-et-Maâ

de Bourgoin à l'Australie j'pourrais déjà faire un début d'biographie

entre c'que tu liras et c'que tu verras d'moi dis toi qu'tu m'connais pas,

que mon rêve perce l'au-delà, ne te fie pas à ce que tu vois

quand j'ai pas d'boulot j'en ai toujours trop

pour faire toutes mes idées faudrait qu'jarrive à m'multiplier

balance moi un bon son et j'partirais dans mon imagination

un stylo à la main j'ouvrirais une nouvelle dimension

celle où je cherche l'inspi, où j'écris, où j'décris,

dans ce moment là tu verras qu'mon regard est parti,

à vrai dire c'est même plus d'la réflexion,

j'tape mon trip de sensations, j'atteins des logiques par perception,

par dosage par composition tout est question d'échelles et de répartition,

j'aime pas les préjugés mais par automatisme j'ai vite fait d'cataloguer

Peut être que par autisme j'vois le manque dans l'exagération

la vérité dans le mensonge, un passé noircit chez celui qui souvent sourit,

l'oppression dans le costard, le conformisme dans le maquillage,

la laisse dans la cravate, un coté border-line chez les lunatiques,

le formatage dans la répétition de mots de faits bien que passe les âges,

un jugement inversé de l'importance chez celui qui se prive de voyager pour une télé,

J'pourrai continuer la liste mais mon but n'est pas de devenir finaliste

Je laisse les trophées à ceux qui sinon seront tristes

si j'étais milliardaire je devrais mettre les mains dans de sales affaires et finir par devoir me taire,

la liberté d'être s'arrête dans la finansphère

le pognon et le pouvoir sont les seuls liens qui les réunissent tous dans l'hémisphère

perso j'confondrai jamais le billet vert avec ce qui coule dans mes artères

tous ça n'est que poudre aux yeux, j'préfère contempler ce ciel bleu

loin de ces visages cachant quelque chose de miséreux

j'dis pas qu'personne n'est heureux mais que pour se voiler la face beaucoup font d'leur mieux

j'aimerais t'parler de la couleur des blés

quand l'temps est ensoleillé qu'ils soient verts ou dorés

te parler du son des vagues incessant

qui devrait être agaçant et qui pourtant à plus l'effet des bons sentiments

te dire qu'arrivé au sommet les quatre vents

peuvent donner l'impression de pouvoir s'envoler

mais j'arrive pas à zapper toute la misère que l'on ne veut pas regarder

j'peux pas m'empêcher d'en parler, de l'évoquer

de faire en sorte que l'on ne puisse pas y oublier

 

 

Texte n°3

 

 Le Voyage

 

Le voyage, une idée qui se moque bien de ton âge

Quand la diversité est la base de l'entourage

Quand la différence met en éveille les sens

À toute heure, à tout moment de l'existence

Il n'y a alors plus à penser et encore moins du passé

Toute la place est réservée à la nouveauté

Que l'on voit que l'on entend que l'on sent

Un autre monde, un autre univers, c'est Différent

Ça interpelle, ça surprend, c'est intéressant

Cette chaleur qui en cinq minutes d'enduit de sueur

Ce froid compensé par les montagnes tout en grandeur

Tout ces sourires Thaïlandais, reflet d'une façon de penser

C'est dans le clivage et ses proportions que l'on se met à échelonner

Immergé dans d'autres modes de vie,

Qu'on l'veuille ou non ça fait réfléchir

Quand on quitte un système établi

On doit s'adapter, on doit grandir,

Accepter la solitude aux portes pour les aires

Se débrouiller, ne pas paniquer, une fois à terre

L'assurance se teste dans ces moments d'errance

Où rien n'est planifié après que t'es jeté ton billet

Où tu vas devoir provoquer la chance

Où la seule chose de prévu c'est de bouger et d'échanger

Au bout du chemin y'aura d'la douceur dans ton rap

Car nombreuses auront été les belles étapes

Voyager c'est tous les regards du monde en une entité

C'est le trophé pour la course à l'humanité

Mais le trajet peut être mouvementé

certains fnissent déconnecté

L'Inde peut bouleverser une personnalité

De retour au pays c'est tout droit en hp

Faut chosir ce qui anime l'envie de partir

L'architecture Londonienne ou la mer Caspienne

La culture ou les loisirs

Les camps de réfugiés ou le transat sous les palmiers

L'état d'esprit est la boussole de notre vie

S'il vient à changer c'est pour changer le récit

C'est pour multiplier les façons de penser

Le voyage est une ambiance, un retour en enfance

Avec ses proches, l'apprentissage de la distance

Pour le solitaire, avec le silence il fera la paire

Lors de rencontres, il découvrira de nouveaux caractères

Des facettes de l'être humain jusque là inconnues

Qui viendront multiplier ces angles de vue

 

Texte n°4

 

14h15

J'suis née ici mais ma mentalité est d'ailleurs depuis qu'j'ai joué au voyageur
C'est ma contraception pour les tumeurs, à chaque ambiance son humeur
Si tu vis s'que j'dis tu sentiras le récit du fumeur qui gamberge à toute heure
Changer de dimension est mon principal vecteur, c'est vitale sinon j'meurs
J'ai besoin de rencontrer d'autres personnalités, de voir de quoi ce monde est fait
Dans les dires mais surtout dans l'effet, de l'écrire et d'en parler
D'utiliser les mots pour modéliser ce que j'suis entrain d'imaginer
Des fois on pourrait croire que l'on peut toucher à ses pensées comme si on touchait au vrai
Pour certains c'est flippant pour moi perso c'est trippant
C'est l'genre de truc qui m'prends et j'dis pas nan
Ce sujet j'en ai jamais discuté en communauté, j'suis bien seul avec mes pensées
Loin de la télé et de toutes ces nouvelles au gris bien prononcé
Peut être qu'un jour ils parleront d'histoires qui font avancer
Ils poussent les gens à regarder du mauvais côté et en plus c'est cautionné
On donne de la vie à ce que l'on est entrain de regarder, ce détail n'est pas à négliger
J'ai pas fait d'études supérieur mais j'pense rarement m'tromper
J'dis pas d'me croire mais d'essayer de vivre avec plus de simplicité, en étant engagé
En faisant ce que l'on aime et non pas ce que l'on a juste appris
On a qu'une vie et elle n'a pas d'prix, entre quatre murs on risque l'asphyxie
Á force ça doit provoquer des maladies de l'esprit
Pour se renouveler il faut toucher à la diversité, parce que l'on ne se connaît jamais
Parce qu'elle a en elle une certaine vérité de la relativité

16h00