Sensations

Je me présente, Eric, lycéen, en 1ère STT (sans trop travailler), nous sommes le 12 Décembre 2013, il est 9h, je suis en cours de philosophie, c'est le premier cours de la journée, dur, mais bon, on ne peut pas dire que ce soit exigeant en matière d'attention. Comment un professeur de philosophie peut-il exiger une réponse correcte de l'un de ses élèves puisque toutes les pensées doivent être tolérées mais encore mieux comment peut-il exiger une réponse à une question étant donné que toute élève ne répondant pas, peut très bien prétendre qu'il n'arrive pas à formuler de réponse car il n'est pas habitué à ce genre de question. L'élève peut aussi répondre n'importe quoi, ce qui peut pousser le professeur à ne plus poser de question pour ne plus avoir à entendre n'importe quoi, « n'importe quoi » pouvant être une philosophie de vie. Autrement dit, un cours de philosophie, n'a qu'un intérêt, celui de donner l'impression d'être utile qu'à une personne, que l'on appel, « professeur ». Ceci dit, ce prof là, n'est pas comme les autres, du moins c'est ce qu'il se dit. Il paraîtrait qu'il est génial quand il se met à être lui même, il pourrait envoûter toute une classe en moins d'une minute mais à aucun moment il n'est là pour vous manipuler, c'est que j'ai entendu. J'ai demandé si quelqu'un avait déjà filmé un de ces fameux moments, à quoi on m'a répondu, « dans un moment comme celui là, tu es là et tu écoutes ». La personne qui m'a dit ça, c'est un bonne copine, qui ne fout jamais rien, elle passe son temps à discuter, à draguer et à se faire engueuler par les profs. Elle n'aime pas les professeurs, elle déteste cette sensation de hiérarchie prof/élève mais le prof de philo, lui, elle l'adore et rien que ça, c'est super bizarre. Un deuxième élément est aussi perturbant, les autres professeurs eux-mêmes n'ont jamais vu le professeur de philosophie pendant un de ces grands instants, ils ne savent pas non plus qui il est réellement. Seuls les élèves qui l'ont déjà eu savent, les autres doivent attendre leur tour, l'attraction est gratuite mais il faut avoir la chance de l'avoir comme prof. Il y a une rumeur qui dit qu'aucun n'élève n'a séché ses cours, que celui qui est absent l'est pour une bonne raison. Depuis la rentrée, on a eu vingt six cours de philo, ils ont tous étaient à dormir debout. Il n'a fait que suivre le programme, il est plus amical que la plupart des profs mais j'ai vraiment du mal à m'imaginer que le gars que j'ai en face de moi puisse me scotcher, si ce n'est d'ennui. La seule chose qui m’as interpellé, c'est qu'au premier cours il a demandé à tous les élèves de noter sur une feuille quelles sont les passions et les loisirs qu'ils pratiquent réellement et ce qu'ils aiment, quelque soit le domaine concerné et ensuite il a redemandé la même chose à chaque début de mois. Les semaines passent est toujours rien, mis à part huit élèves qui regardent le prof différemment depuis quelque temps, même si ses cours sont toujours les mêmes, ils ont l'air d'être content d'être en cours de philo contrairement à avant. J'ai besoin de comprendre, je vais demander à l'un d'eux pourquoi ce revirement, il me répond, « j'ai toujours aimé la philosophie », je vais demander à un autre, «j'ai jamais eu de problème avec lui », j'essaye avec une troisième, « faut qu't'arrêtes toi, j'ai jamais changé ! », là je comprends plus rien. Je décide d'oublier cette histoire, l'incompréhension totale m'énerve trop. Le printemps arrive, l'apport en énergie solaire nous accompagne jusqu'à des heures plus tardives, les arbres enfilent leurs robes vertes flottante au vent, doucement ou bruyamment, les oiseaux chantent comme pour annoncer une nouvelle belle journée, l'être humain prend le temps de lever les yeux pour regarder ce voile étoilé trop longtemps oublié, c'est l'époque où les éléments nous semble plus accueillant. Les grandes vacances approchent alors les cours semblent être moins pesant, le soir même en semaine on se voit avec les potes et les copines, on se sent mieux comme si le climat était le seul responsable de ce bien être. Le week-end c'est foot, nous sommes samedi, j'ai fini mon match, je quitte mes coéquipiers et les habitués de la buvette, je me dirige vers le parking quand un inconnu qui est adossé à la main courante du stade m'interpelle, casquette noire, lunette de soleil, tee shirt jaune et noir plutôt ample, pantalon de jogging noir et baskets discrète mais stylé. La discussion s'engage, Inconnu : « t'es pas mauvais techniquement mais physiquement tu ne tiens pas la distance », Moi : « on se connaît ? », Inconnu : « ça dépend de ce que tu appel connaître », Moi : « vous êtes qui ? », Inconnu: « ton prof de philo », il enlève ses lunettes et là je vois, qu'effectivement c'est bien lui, « qu'es ce que vous faites là ? », Prof : « je m'intéresse à mes élèves, tu prends du plaisir quand tu joues ? », « pourquoi vous me demandez ça ? », Prof : « qu'es ce qui t'empêche de me répondre ? », « il faudrait que je joue dans une équipe qui soit en national ou au minimum en excellence pour prendre du plaisir », prof : « qu'es ce qui t'en empêche ? », « c'est une bonne question », Prof : « quand es ce que tu te sens vivant ? », « je sais pas trop, qu'es ce que c'est que de se sentir vivant ? », prof : « se sentir vivant, pour moi, c'est comme être interpellé dans ces sens, c'est comme être réveillé. Par exemples pour moi, se sentir vivant c'est voir l'éclair s'abattre près de soi, si près que tu en entends son grésillement, ça t'en fait presque grésiller toi même, ça fait peur et en même temps, c'est sentir les éléments comme on le fait rarement, c'est avoir un frisson mais pas de froid, c'est entendre les battements d'ailes d'un colibris, qui ressemblent au bruit du moteur d'une subaru impreza qui accélère fort, cet oiseau est tout petit, il est léger mais le bruit qu'il produit quand il vole est lourd pourtant l'air est une matière légère, rien qu'à l'oreille on comprend qu'il a une accélération qui peut faire rêver les ingénieurs qui construisent des moteurs, toutes ces choses on y pense pas, elles sont pourtant réellement intéressantes, imagine toi à la montagne, tu es entrain de skier, tu es sur la droite d'une crête et tu entends cet espèce de tonnerre que crée une grosse avalanche, tu regarde autour de toi, paniqué et tu ne vois rien mais tu entends encore le bruit et quand tu regarde sur la gauche en bas de la crête, là tu la vois de l'autre coté, elle et son nuage de poussières et elle descend très vite, recouvrant tout sur son passage, un autre cas, tu es entrain de marcher dans un endroit de nature où peu d'êtres humains passent et tout d'un coup, tu entends comme un bruit de sabots de cheval qui tape le sol, tu t'arrête et cherche d'où ce son peut venir et là tu aperçois un sanglier entrain de partir, voir un sanglier est une chose mais l'entendre courir c'est sentir sa puissance, c'est prendre conscience que visuellement ça n'est pas forcément impressionnant mais que sentir le résonnement que son poids crée dans le sol nous amène à comprendre pourquoi les gens disent que ça peut plier une voiture », dans ce moment mon prof de philo est dans son monde, c'est comme si ses yeux ne regardaient plus rien ou plutôt plus loin que ce que l'on voit, il est là sans être là, je n'avais jamais vu ça, je n'avais jamais vu quelqu'un comme ça, normalement quand un pote ou une copine parle toute seul et que je suis là, c'est pour me raconter ses problèmes ou me parler de choses qui d'après ce que je suis entrain de comprendre, sont futiles. Prof : « Quand j'étais gamin, j'étais tout le temps sur mon vélo et quand il faisait beau et que j'étais motivé, je montais au village le matin pour acheter le pain, à chaque fois ou en tout cas presque tout le temps, j'entendais les colombes et j'adorais ça. Je trouvais que ça collait vraiment bien avec les maisons en pierres et l'ambiance tranquille du village. Je trouve qu'un film est bon quand la musique qui est dedans est bonne aussi et je crois que je pense pareil pour les villages et tout le reste. Il y a tellement de fois où la nature embellit le moment, dans les gorges étroites, quand la rivière est agitée, tu peux entendre l'écho de l'eau jusqu'en haut, c'est comme si tu étais à coté d'un instrument de musique géant et naturel qui est alimenté par le ciel, la nature est un vrai spectacle fait de jeux de lumières, de formes, de couleurs et de sons. Qu'es ce que tu pense du bruit des vagues quand tu es à la plage ? », « j'aime bien », Prof :  « pourquoi ? », « je trouve que ça calme, que c'est relaxant mais je pense que ce n'est pas juste le bruit des vagues, c'est aussi le soleil, l'horizon avec la mer et sûrement d'autres choses », Prof : « là tu es loin de la mer, des sensations que peut t'offrir son paysage mais si tu écoutais le son des vagues, es ce que tu penses que cela pourrait te permettre d'avoir le même ressenti que quand tu es sur place, je te parle au niveau du son », « ouais, ça se pourrait bien », Prof : «et si tu écoutais le son des vagues mais en ayant froid, en étant en tee shirt dehors avec dix degrés ? », « je sais pas il faudrait que j'essaie, en quoi c'est intéressant de savoir ça », Prof : « en quoi es ce intéressant d'acheter une voiture à 15000 euros alors qu'une autre à 2000 euros pourra aussi t'amener d'un point A à un point B sans problèmes et en te permettant d'utiliser le reste de l'argent pour voyager, voir des paysages inconnu, des façons de vivre inconnues, de rencontrer des êtres humains qui évoluent dans des conditions climatiques différentes, qui mangent différemment, si tu ne connais pas ta propre nature, la nature de l'être humain, si tu ne sais pas comment tu fonctionne alors comment veux tu évoluer ? », là je ne sais pas quoi répondre, je crois que je n'ai pas vraiment compris sa question et en même temps je crois que je l'ai très bien comprise, Prof : « ce n'est pas grave si tu ne réponds pas, ta vie n'est pas la mienne mais sache que l'on ne se connaît qu'en essayant différemment tout en se regardant, que l'on peut devenir un être humain magicien qu'en apprenant de la nature car elle seule connaît tout les secrets et surtout sait les réaliser. Je dois y aller, on se voit au lycée...